Infection urogénitale essentiellement due à Mycobactérium Tuberculosis. Son diagnostic repose sur des arguments présomptifs et de certitude. Dans sa forme évolutive le traitement est d’abord médical et repose sur la polyantibiothérapie antituberculeuse. La chirurgie est réservée à la réparation des séquelles obstructives et à l’exérèse des organes détruits.