L’hypertension artérielle est une situation relativement fréquente au cours de la grossesse (15 à 20 % des femmes enceintes). Il peut s’agir d’une HTA chronique, antérieure à la grossesse, ou induite par la grossesse elle-même. Le diagnostic est établi par la mesure de la TA lors de la CPN en position assise ou semi-assise (PA systolique ≥ 140 mm Hg et PS diastolique ≥ 90 mm Hg). Une consultation de Cardiologie et  d’Ophtalmologie ainsi que des examens complémentaires (biologie, échographie) seront demandés pour apprécier le retentissement et le degré de gravité de l’hypertension artérielle

C’est une situation à haut risque pour la mère et pour le foetus qui sont exposés à de nombreuses complications (pré-éclampsie, éclampsie, hématome rétroplacentaire, œdème aigüe du poumon, insuffisance rénale, accident vasculaire cérébral, retard de croissance intra-utérin, mort fœtale in-utero).

La prise en charge est pluridisciplinaire (obstétricien, pédiatre, réanimateur, biologiste) et doit être adaptée à la situation clinique. Elle fait appel à des mesures hygiéno-diététiques, à des médicaments notamment des antihypertenseurs, à la réanimation et des techniques obstétrico-chirurgicale. Les indications doivent être posées selon le terme de la grossesse et en fonction de l’état maternel et foetal du moment

Après l’accouchement, la femme doit être suivie régulièrement pour évaluer l’évolution de la TA, elle doit être mise sous contraception pour éviter la survenue précoce d’une nouvelle grossesse.

Lors de la grossesse suivant l’hypertension artérielle sera prévenue par l’administration d’Aspirine de la 12ème à la 36ème semaine de grossesse.